L'Ordre des Chartreux

Questions fréquentes

Quelle est l'origine et la signification de l'habit des chartreux ?

L'habit des chartreux est constitué depuis l'origine d'une tunique (que l'on appelle aujourd'hui la robe) et d'une cuculle. Ces deux pièces de vêtements sont l'habit traditionnel des moines depuis l'origine. La tunique n'a guère changé à travers les âges. Dans les premiers siècles de l'ordre elle était revêtue en hiver d'une pelisse, sorte de manteau de peau de mouton. Le capuchon attenant à la tunique a toujours eu un sens d'intériorité ; il protège aussi le regard.

"La cuculle était le plus essentiel des vêtements, le signe de la profession. […] Le mot cuculle est passé sans changement dans diverses langues : du copte des moines d'Égypte au grec puis au latin, et enfin au français. Les chartreux sont les seuls à garder encore aujourd'hui intact ce mot qui remonte à au moins 1800 ans et qui a perdu une syllabe chez les fils de saint Benoît [ = coule]" Dom Maurice Laporte, Aux sources de la vie cartusienne, 6, p. 459; 465.

Contrairement à la tunique, la cuculle a beaucoup changé de forme et de taille à travers les siècles. Chez les fils de saint Benoît elle a donné naissance à deux formes : la coule, vêtement de chœur, et le scapulaire, plus étroit, utilisé pour le travail. Pour éviter que le scapulaire ne soit une gêne pour le travail, les pans avant et arrière étaient souvent reliés par des points de couture. La cuculle cartusienne dérive plutôt du scapulaire de par sa forme et par les courtes bandes qui à l'origine servaient seulement à relier les deux pans. Avec le temps la cuculle de un mètre de large environ s'est rétrécie à 60cm et les bandes se sont allongées d'autant et même davantage, donnant finalement à la cuculle cartusienne l'aspect si caractéristique qu'on lui connaît aujourd'hui. Certains ont voulu y voir le symbole de la croix, mais c'est une interprétation personnelle et tardive qui n'est aucunement répandue chez les chartreux.

La couleur blanche a-t-elle une signification particulière ?

Comme les cisterciens, les chartreux ont choisi d'utiliser la laine brute dans sa teinte natuelle. Il n'y a pas de signification attachée à cette couleur, sa raison d'être est la simplicité.

À quelle heure mangent les chartreux ?

Les heures exactes dépendent l’horaire général de chaque maison. Voici quelques points de repère :

  • Les moines du cloître ne prennent jamais de petit déjeûner à la différence des frères qui peuvent s’ils le veulent en avoir un. L’heure dépend de chacun. Aux moniales est accordé en tout temps comme petit déjeuner une boisson et un morceau de pain.
  • Le repas principal a lieu vers midi.
  • Le repas du soir, peut être pris entre vêpres et complies, c'est-à-dire entre 17h30 et 18h30. Selon le temps il pourra être un repas normal léger ou une simple collation constitué de pain et d’une boisson.
Que mangent les chartreux ?

Les chartreux (moines et moniales) ne mangent jamais de viande. C’est la seule limitation totale. En dehors de cela ils mangent de tout, mais avec des restrictions à certaines périodes ou certains jours. La plus notable est l’abstinence de laitages (lait, beurre, fromage et dérivés) durant l’Avent et le Carême, et aussi tous les vendredis de l’année.

Les chartreux sont-ils végétariens ?

Non puisqu’ils mangent du poisson. L’abstinence de viande, caractéristique de l’Ordre a une intention pénitentielle et ne relève pas d’un principe de refus de nourriture animale.

Peut-on être végétarien en chartreuse ?

Un moine peut très bien ne pas manger de poissons et d’œufs sans pour autant demander de supplément. Il est donc possible d’être végétarien si on y tient, à condition de ne pas créer de complications pour la communauté en refusant tout plat dans lequel il y aurait une trace de nourriture animale. Un régime végétalien (refusant également les dérivés du lait) est incompatible avec notre vie, car la santé n’y résisterait pas.

On doit toutefois noter que la vie monastique n’est pas une vie de retour à la nature, et que ce genre de préoccupations indique souvent une mécompréhension de la vie cartusienne. Si elles sont trop prédominantes, c’est le signe d’une recherche du moi plus que d’une recherche de Dieu.

Malgré son choix pour la vie cloîtrée, est-il possible qu'un moine chartreux soit nommé curé de paroisse, évêque ou même Pape pour quelque raison particulière ?

Un chartreux ne pourrait être nommé prêtre de paroisse parce que l'Ordre des chartreux est un ordre exempt c'est à dire qui n'est pas sous l'autorité de l'évêque diocésain mais directement de Rome. Un évêque ne peut donc pas demander à un chartreux d'être prêtre de paroisse puisque c'est contraire à sa vocation. Par contre, les évêques étant nommés par le Pape, celui-ci pourrait très bien, en théorie demander à un chartreux d'être évêque et cela s'est fait plusieurs fois dans le passé. Aujourd'hui un tel choix semble hautement improbable car un chartreux serait mal préparé pour affronter les difficultés de la pastorale dans le monde moderne. En théorie, les cardinaux qui élisent le Pape peuvent élire n'importe quel baptisé, mais il est encore plus improbable qu'ils choisissent jamais un chartreux. Cela ne s'est jamais produit.

Y a-t-il eu dans l'histoire un moine chartreux nommé évêque ?

Saint Hugues de Lincoln, Saint Arthaud (evêque de Belley), Etienne de Die, Bienheureux Nicolas Albergati (évêque et cardinal). Le successeur de saint Hugues de Grenoble fut aussi un chartreux, comme il l'avait désiré. Cette liste n'est pas exhaustive. Il faut cependant reconnaître que ce sont des exceptions et qu'il n'est guère dans l'esprit de l'Ordre qu'un moine devienne évêque, mais on ne nous demande pas toujours notre avis.

Est-il arrivé dans l'histoire de l'Église qu'un chartreux soit Pape ?

Non, jamais.

Dans ce cas, comment aurait-il pu observer les Statuts des chartreux ?

Tout comme pour un chartreux nommé évêque, il serait relevé de toutes les observances incompatibles avec son état, et il relèverait de sa propre conscience de juger de ce qu'il peut encore faire. Pour un exemple concret, voir la vie de saint Hugues de Lincoln.

Est-il possible qu'un moine chartreux soit envoyé en dehors de sa maison pour exercer un ministère de prêtre parmi les fidèles ?

Non, c'est impossible parce que ce serait directement contraire à notre vocation. Les seules exceptions sont celles de chartreux nommés évêques. Les Statuts disent : "Intégralement ordonné à la contemplation, notre Ordre doit préserver avec une fidélité extrême sa séparation du monde. Aussi quelle que soit l'urgence des tâches apostoliques, sommes-nous exemptés de tout ministère pastoral, afin de remplir notre fonction propre dans le Corps mystique du Christ." (Statuts, 3.9).

Ailleurs on lit : "Nous recommandons aux prieurs la plus grande réserve à l'égard des confessions de personnes étrangères à l'Ordre. À moins de nécessité, ils les excluront entièrement car ce genre de ministère est incompatible avec l'essence même de notre vocation". Si même les confessions au monastère sont considérées comme un ministère incompatible avec notre vocation, a fortiori tout ministère à l'extérieur.

Étymologie du terme "Chartreuse"

En bref : le terme de « Chartreuse » préexistait à l’installation de saint Bruno et de ses compagnons dans la vallée du même nom, et désignait, sous la forme originelle de « Cha(r)troussa », le village avoisinant ; le mot semble tirer son origine des termes désignant une « prairie labourée ». Ce terme franco-provençal a ensuite été transposé phonétiquement en latin pour donner le mot cartusia, sur lequel a été formé Cartusienses, désignant les moines chartreux.

Plus précisément : l’étymologie du mot « chartreuse » fait toujours l’objet de recherches et de débats ; la difficulté de cette question vient en partie du fait que, contrairement à de nombreux autres mots de notre langue, celui-ci n’est pas dérivé du latin, mais a vraisemblablement été transcrit en latin à partir d’une source en langue locale (franco-provençal dauphinois). Le lieu dans lequel saint Bruno et ses compagnons ont fondé leur premier monastère était désigné sous le nom de « Chatrousse », qui a pu désigner une ou plusieurs cabanes ou chaumières (en patois grenoblois, Chatroussa désignait encore le village de Saint Pierre de Chartreuse au XVIe siècle).

Selon une première interprétation, ce terme transpose en langue du Dauphiné les mots « Catorissium » ou «Caturissium» (on rencontre également les termes de « Catourisa » au 7e siècle, et de « Catuserias » au 10e siècle, pour désigner ce même lieu), qui sont vraisemblablement d’origine gauloise (un peuple des Alpes Cottiennes s’appelait les Caturiges — du gaulois catu, « combat », et riges, pluriel de rix, « roi » — ). Toutefois, l’évolution de Caturiges à Chatroussa n’est pas conforme aux lois usuelles de la phonétique, ce qui rend douteuse cette filiation.

Une autre interprétation permet de lire dans Chatroussa la contraction de deux termes signifiant « prairie labourée » (calma trossa), et que l’on retrouve dans les désignations de lieux voisins que sont Chamechaude et Charme-en-Som : une telle origine apparaît donc plausible, bien que sa véracité ne puisse être affirmée avec certitude. Le terme latin Cartusia constitue une transposition phonétique approximative de Chatroussa : ainsi, les disciples de saint Bruno sont devenus des Cartusienses car ils habitaient près du village de Chatroussa.

La forme française Chartreuse peut être considérée comme un compromis entre la forme dauphinoise Chartroussa et la forme savante Cartusia. Les formes anglaise (Charterhouse) et allemande (Karthause) ont également été calquées phonétiquement sur le mot français.

© 1998-2017 L'Ordre des Chartreux • AccessibilitéInformations légalesContact