Ordinis Cartusiensis

Confessio fidei magistri Brunonis 1

Fidem Magistri Brunonis, quam communiter fratribus suis protestatus est, cum sensisset appropinquare sibi horam ut ingrederetur viam omnis carnis, scriptam curavimus servare, eo quod satis intime rogaret, ut fidei illius coram Deo testes essemus.

CONFESSIO FIDEI 2

  1. Credo firmiter in Patrem et Filium et Spiritum Sanctum, Patrem ingenitum, Filium unigenitum, Spiritum Sanctum ex utroque procedentem, et has tres Personas unum Deum.
  2. Credo quod idem Dei Filius conceptus sit de Spiritu Sancto ex Maria Virgine.
    Credo quod Virgo castissima fuerat ante partum, virgo in partu, et post partum virgo in æternum permansit.
    Credo quod idem Dei Filius conceptus sit inter homines ut verus homo sine peccato.
    Credo quod idem Dei Filius invidiose captus est a Judæis 3, injuriose tractatus, injuste ligatus, consputus, flagellatus, mortuus, sepultus.
    Descendit ad inferos, ut captivos suos inde liberaret.
    Descendit propter redemptio nem nostram, et resurrexit, ascendit ad cœlos, inde venturus judicare vivos et mortuos.
  3. Credo Sacramenta quae catholica credit et veneratur Ecciesia, et nominatim quod consecratur in altari verum Corpus esse, veram Carnem et verum Sanguinem Domini nostri Jesu Christi, quem et nos accipimus in remissionem peccatorum nostrorum, in spem salutis æternæ.
    Credo carnis resurrectionem, vitam æternam. Amen.
  4. Confiteor et credo sanctam atque ineffabilem Trinitatem, Patrem et Filium et Spiritum Sanctum, unum Deum naturalem, unius substantiæ, unius naturæ, unius majestatis atque virtutis.
    Et Patrem quidem non genitum, non creatum, sed ingenitum profitemur. Ipse Pater a nullo originem ducit, ex quo et Filius nativitatem, et Spiritus Sanctus processionem accepit.
    Fons ipse igitur et origo est totius Divinitatis.
    Ipse quoque Pater, essentia quidem ineffabilis, substantia sua Filium genuit ineffabiliter, nec tamen aliud quam quod ipse est genuit, Deus Deum, lux lucem.
    Ab Ipso ergo est omnis paternitas in cœlo et in terra.
    Amen.

Notes :

  1. Maître Bruno, au soir de sa vie, eut le désir de témoigner devant les siens qu´il avait combattu jusqu´au bout le bon combat, qu´il avait achevé sa course gardant la foi (cf. 2 Tm 4, 7).
    Dans le texte présent, ses compagnons de l´ermitage Santa Maria de la Torre de Calabre en Italie, nous transmettent la profession de foi solennelle qu´il fit avant sa mort, survenue le 6 octobre 1101. [retour au texte]
  2. Dans cette magnifique proclamation de foi de Saint Bruno, nous aimerions mettre en évidence plus particulièrement deux points. En premier lieu, la saine doctrine que Maître Bruno eut à professer au cours de ses longues années d´enseignement à l´École cathédrale de Reims; ensuite, l´intériorisation de ce même enseignement qui, au moment où Bruno quittait ce monde, battait en son cœur comme la Lumière qui l´avait illuminé toute sa vie et pour laquelle il avait fidèlement lutté.
    Quant à la profession trinitaire du quatrième paragraphe, Bruno reprend la splendide profession de Foi du XIe Concile de Tolède, si ce n´est qu´il parle à la première personne. [retour au texte]
  3. Dans le texte original, on peut lire : "perfidis Judæis". Des expressions comme celle-ci se comprennent si l´on a à l´esprit des textes importants comme la très ancienne prière universelle du Vendredi Saint. En outre, on doit tenir compte de la manière de parler de l´époque. C´est pour cela que nous avons opté pour cette traduction, de la même manière que l´Église, aujourd´hui, a sur ce point renouvelé l´ancienne prière universelle dont nous venons de parler. [retour au texte]
© 1998-2018 Ordinis Cartusiensis